Dans la continuité du G7 2019 l'idéologie féministe se poursuit le côté "girl power" :

 

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/parite-en-politique-schiappa-veut-multiplier-par-5-les-amendes-a5bf1fe0379129fa2aab760551f19a49

Si "la situation s'est améliorée", note Mme Schiappa, "le problème est que des partis politiques préfèrent encore payer des amendes". "Je propose donc qu'on multiplie par cinq ces pénalités, qu'elles soient réellement dissuasives", ajoute-t-elle.

 

La loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes avait déjà doublé les pénalités imposées aux partis en cas de candidatures non-paritaires aux élections législatives.

Les Républicains ont ainsi écopé d'une amende de 1,79 million d'euros en 2018 pour avoir présenté 278 candidats et seulement 182 candidates lors des législatives de l'année précédente.

Évoquant le projet de loi pour l'émancipation économique des femmes, annoncé vendredi par Emmanuel Macron à la veille du G7, Mme Schiappa indique que ce texte "devrait aboutir en 2020 et fera l'objet d'une grande concertation".

La secrétaire d'État juge par ailleurs "très inquiétant" le recul du nombre des femmes exerçant dans les métiers de l'innovation.

"Leur nombre baisse fortement" selon des études, or "un pays ne peut se priver de la moitié des innovations potentielles! C'est une question de performance, pas seulement de justice", estime Mme Schiappa, qui va "confier une mission à Chiara Corazza", directrice générale du Forum des femmes.

La secrétaire d'État en "attend des préconisations efficaces pour améliorer la place des femmes dans les métiers d'avenir comme les datas, les sciences ou l'ingénierie". "Nous travaillons également à la création d'un fonds dédié aux innovations portées par des femmes", ajoute-t-elle.

 

http://www.leparisien.fr/politique/emancipation-economique-des-femmes-une-loi-en-2020-27-08-2019-8139945.php#xtor=AD-32280599

Dans le cadre de la grande cause nationale du quinquennat pour l’égalité entre les sexes, le gouvernement veut soutenir l’indépendance économique des femmes.

 

En prenant la présidence du G7, Paris s'était engagé à en faire un rendez-vous féministe, pour que progresse l'égalité entre les femmes et les hommes dans le monde. La France va donc adopter une loi pour l'émancipation économique des femmes, dont la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, dévoile les contours ce mardi dans le Figaro.Ce texte, qu'elle défendra en 2020 avec Bruno Le Maire, devra notamment « faciliter le parcours (des femmes) vers le travail » et l'innovation. En premier chef seront concernées celles « qui reprennent une activité après une période dédiée à la maternité » ou les épouses de militaires forcées à des déménagements réguliers et qui « pâtissent d'un trou de plusieurs années dans leur CV », relève-t-elle. Un parcours de validation des acquis de l'expérience devrait leur être dédié. 

Les femmes aspirant à créer une entreprise devraient également trouver un coup de pouce dans la loi. De même, l'épineux débat des quotas en entreprises - la ministre ne précise pas à quel niveau de hiérarchie - pourrait également resurgir.

Multiplier par cinq les pénalités infligées aux partis politiques La secrétaire d'Etat espère aussi « généraliser le recours au budget sensible au genre », c'est-à-dire « mesurer la répartition entre les sexes dans l'attribution des crédits ».

Elle affirme que le Canada, l'Islande, mais aussi le Maroc, agissent en ce sens depuis plusieurs années, et que la Banque publique d'investissement, la BPI, pourrait donner l'exemple en France.

La ministre veut aussi « multiplier par cinq (les) pénalités » infligées aux partis politiques qui ne respectent pas la parité aux élections législatives.