Nous avons sélectionné trois nouveaux exemples pour montrer des dispositifs "égalité"  tout y est représentation sexuée, volontés de féminisation et de représentation sexuée, quota et parité obligatoire, dispositif sexué pour femmes et filles, annonce d'emploi destiné aux femmes, volonté de répartition sexuée scolaire et professionnelle,.... .  Bien entendu l'ensemble de ses dispositifs est de la non-discrimination et agit pour l'égalité professionnelle et reste encourger par les droits des femmes ou de l'égalité homme-femme et tous autres ministères, dispositifs législatifs, RSE chartre égalité. Nous pouvons aussi appeler cela une discrimination sexuée, un égalitarisme et une représentation sexuée professionnelle et scolaire, ainsi que des stéréotypes féminismes et de genres persistants argumentés par des études qui sont à la hauteur de leurs normes très discutables. Nous rappelons quelques donnés sur l'ideologie féministe :

Ils existent des métiers, des fonctions supérieures

Les quotas et la parité ne sont pas des dispositifs sexués aucun critère de sexe n'est demandé

L'humanité est composé à 50 % de femme tout poste, filières, récompense, métier doit être à 50 % féminins un premier objectif de 40 % dans les recrutements, filières, métier, école,  hiérarchie, ... . L'égalité et le nombre de femmes ou l'alternance un homme une femme dans un "bastion masculin", filière, métier,... .

Tout ce qui est destiné à faire progresser la part de femme ne sont en aucun cas une discrimination c'est une société plus égalitaire ou l'homme doit s'adapter à ses changements, ses désaccords éventuels le feront passer pour un ringard, machiste, contre les femmes, .... .

L'idéologie doit être sanctuarisée, des dispositifs doivent être mis en place ainsi que de nombreuses mesures d'égalitarisme sexuées, une construction sociétale féministe

 

https://www.zonebourse.com/SOPRA-STERIA-GROUP-4707/actualite/Passer-rsquo-Elles-le-reseau-de-femmes-de-Sopra-Steria-engage-26207359/

Briser les stéréotypes et susciter des vocations pour répondre à des enjeux tant sociétaux que business

Selon l'étude Gender Scan (2017), la proportion de jeunes filles qui s'orientent vers les formations « high tech » connait une diminution inquiétante depuis 2010. Ainsi, la féminisation des Premières Technologiques dans le secondaire perd 7 % entre 2010 et 2015, tandis que la filière STS Informatique et Traitement des données enregistre un repli de 3 % sur la même période. Par ailleurs, les femmes restent toujours aussi faiblement représentées dans le secteur du numérique avec seulement 27 % des effectifs*, contre 48 % dans le reste de l'économie. * données Syntec Numérique 2016

« La France et l'Union Européenne sont en pénurie de technicien(ne)s et d'ingénieur(e)s alors même que selon une étude récente une présence accrue des femmes dans le numérique pourrait augmenter de 9 milliards le PNB de l'Union européenne chaque année ! », commente Consuelo Bénicourt, directrice RSE de Sopra Steria et sponsor du programme Passer'Elles. « Pour y remédier, il faut avant tout travailler sur la représentation de nos métiers et montrer aux jeunes filles qu'elles ont un réel intérêt à construire une carrière professionnelle dans le secteur du numérique. Il est urgent d'agir afin de ne pas laisser les femmes s'exclure elles-mêmes de la révolution numérique engagée qui bouleverse profondément notre société », poursuit-elle.

Sopra Steria, leader du numérique engagé pour la mixité

En France, Sopra Steria est l'un des premiers recruteurs de jeunes diplômés dans le domaine du numérique et compte 27 % de femmes. Des chiffres encourageants mais qui doivent encore progresser. Le Groupe confirme et poursuit son engagement dans ce domaine en favorisant les initiatives en matière d'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et agit sur trois axes : favoriser la mixité des parcours scientifiques, attirer plus de femmes issues des écoles d'ingénieurs, être attentif à la non-discrimination dans l'évolution professionnelle.

 

« A travers le réseau Passer'Elles, les ambassadrices vont à la rencontre de jeunes femmes afin de promouvoir les parcours scientifiques et les métiers du numérique. Ces actions sont essentielles pour déconstruire les stéréotypes, selon lesquels les jeunes femmes n'auraient pas leur places dans nos métiers, il y a des places à prendre et de belles opportunités de carrière », explique Consuelo Bénicourt.

 

https://www.zonebourse.com/ITS-GROUP-5096/actualite/ITS-Femmes-ingenieures-rejoignez-nous--26201318/

ITS : Femmes ingénieures, rejoignez-nous !

Vous êtes ingénieure tout juste diplômée, avec (un) peu d'expérience ou bien, au contraire plutôt confirmée ?

Rejoignez-nous lors du prochain forum virtuel Seekube qui vous est dédié du 4 au 13 avril 2018!

Comment participer ?

1. Inscrivez-vous en ligne
2. Complétez votre profil avec vos dates de disponibilités, vos envies…
3. Postulez à nos offres en consultant notre page entreprise ITS Group !

Vous ne trouvez pas l'annonce de vos rêves ?

 

https://www.zonebourse.com/SOCIETE-GENERALE-4702/actualite/Societe-Generale-Capital-Filles-en-Ile-de-France-L-rsquo-egalite-des-chances-hellip-au-feminin-26255776/

« CAPITAL FILLES » : L'EGALITE DES CHANCES AU FEMININ !

Créé par Orange en 2012 avec le soutien des Ministères de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et des Droits des Femmes, Capital Filles accompagne cette année scolaire plus de 9500 jeunes filles.

1 063 jeunes filles de Terminale, et parfois de Première, bénéficient d'une marraine Capital Filles, collaboratrice volontaire des entreprises partenaires de l'association.

Des ateliers collectifs sont organisés par Capital Filles dès la Seconde, en Première et en Terminale dans les lycées des quartiers, relevant de l'éducation prioritaire, et des zones rurales, identifiés par les Rectorats.

Capital Filles s'appuie également sur un réseau de CCI, de CFA et d'IUT, afin de favoriser l'accès à un contrat d'apprentissage pour les filleulesCapital Filles.

Avec Capital Filles, les jeunes filles découvrent les entreprises et les métiers d'avenir dans leur région, et les formations performantes, notamment dans les domaines techniques et industriels à féminiser.