C'est ainsi la philosophie de cette campagne cependant elle est loin d'être neutre t'elle que l'on pourrait le croire et oui ce n'est pas par ce que "contre le sexisme, égalité" et souvent employé que cela conduit à des actions ou homme et femme et garçon et fille on le même soutien quelques extraits d'articles de presse  :

http://www.boursorama.com/actualites/le-gouvernement-entend-lutter-contre-le-sexisme-ordinaire-au-travail-33645fb67cfc47f8ce85df636e306402

Le "sexisme ordinaire" dans le milieu professionnel entame insidieusement la confiance de femmes.

La "tolérance au sexisme est sans commune mesure avec d'autres discriminations", résume Brigitte Grésy, secrétaire générale du Conseil supérieur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP). Le sexisme, "dénié y compris dans les mots", provoque "beaucoup de dégâts" chez les femmes en entamant la confiance qu'elles ont en elles, dit-elle.

"Jusque dans les années récentes, on parlait de machisme, d'incivilité, d'attitudes inappropriées, de propos graveleux, de dragueurs un peu lourds or c'est du sexisme, mais on ne le disait pas", observe Mme Grésy. Sous couvert de "bienveillance", les femmes victimes de stéréotypes (douces, compréhensives, souriantes...) apparemment positifs sont "ravalées à des rôles strictement déterminés qui se traduisent par des postes dans les ressources humaines, la communication... tandis que les hommes sont dans les domaines qu'on dit 'durs' : la stratégie, la finance...", analyse-t-elle.

Si la France est un des pays où les femmes qui ont des enfants travaillent le plus, "elles sont toujours vues comme plus légitimes dans la sphère familiale que professionnelle", acquiesce Isabella Lenarduzzi, entrepreneure sociale et fondatrice de JUMP, organisation pour l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.

Pour preuve, en 2015, les femmes ont été en moyenne absente 18 jours contre 13,6 pour les hommes. Une culpabilisation qui les conduit à être "leurs propres geôlières" et à ne pas choisir le poste dont elles ont vraiment envie, estime Mme Lenarduzzi

Une petite correction "En moyenne, les femmes sont plus absentes que les hommes (18 jours contre 13,6), du fait qu'elles ont "encore plus de charge familiale" et sont "plus sensibles aux affections professionnelles telles que les troubles musculo-squelettiques", souligne l'étude réalisée cette année en partenariat avec l'assureur AG2R La Mondiale."

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/absence-au-travail-16-6-jours-en-moyenne-en-2015-06-09-2016-6097917.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dnewssearch%24cd%3D1%24cad%3Drja%24uact%3D8%24ved%3D0ahUKEwie6Lvv9P3OAhXBCMAKHQ6vA0kQqQIIHCgAMAA%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Flaparisienne%252Fsante%252Fabsence-au-travail-16-6-jours-en-moyenne-en-2015-06-09-2016-6097917.php%24usg%3DAFQjCNGUCN43yk9UC-HGwWRYV-NdHhMEYQ%24bvm%3Dbv.131783435%2Cd.bGs

 

Les femmes représentent plus de la moitié de la population française, mais seulement 27% des députés de l'Assemblée nationale et 22% des sénateurs. À une échelle plus locale, on ne compte que 7,7% de présidentes de conseils régionaux et 13% de femmes maires, d'après les chiffres du Haut Conseil à l'égalité. L'accès à l'arène politique est plus compliqué pour les femmes, à l'instar de Nathalie Koscisuko-Morizet, pénalisée dans la course à la primaire par « la culture du chef viril » qui règne chez Les Républicains. Quant aux phrases sexistes, on ne les compte plus tant elles sont légion...

À la télévision ou la radio, aussi, les femmes manquent à l'appel. Elles représentent moins de 20% des spécialistes et témoins intervenant dans les journaux télévisés de 20 h des chaînes généralistes. Leurs apparitions dans les émissions de plateau représentent moins d'un tiers du temps de parole global, d’après une étude du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 2013.

 

Environ 91 % des hommes avouent ne pas repasser, 60 % ne pas faire le ménage, 48 % être allergiques à la vaisselle, 50 % ne pas toucher aux fourneaux et 36 % ne pas s'occuper des courses. À l'inverse, les femmes en couple sont 93 % à faire le ménage, 93 % à s'occuper de la cuisine, 85 % à gérer les courses quotidiennes, 83 % à faire la vaisselle et 73 % le repassage.

Les spectateurs de cette représentation stéréotypée des sexes sont les... enfants. Qui s'identifient. Les fabricants de jouets n'améliorent pas le tableau puisqu'ils voient dans cette différence une manne pour vendre des produits pour les uns (les filles) et pour les autres (les garçons). Ainsi, on propose davantage aux têtes blondes de sexe féminin des bébés en plastique et accessoires d'entretien domestique ; quand leurs homologues masculins sont orientés vers des outils de bricolage et des petites voitures. En décembre 2014, un rapport d'information du Sénat rendu par Chantal Jouanno et Roland Courteau alertait sur « l'ampleur » de ce phénomène depuis les années 1980.

http://madame.lefigaro.fr/societe/sexisme-en-france-radiographie-dun-fleau-080916-116247

 

Le dernier est très intéressant aussi :
http://madame.lefigaro.fr/societe/quand-les-enfants-font-reculer-le-sexisme-060116-111589

 

Maintenant ce que nous en pensons le sexisme contre les femmes c'est vrai il y en a cependant le sexisme contre les hommes et les garçons existent également. Ce sexisme est mis généralement en oeuvre dans les plans égalitaires, ou tout autre nom. Nous constatons dans les différents articles de cette semaine que le sexisme va tourner essentiellement à celui contre les femmes et filles cependant nous constatons aussi que dans les écrits on fait mention de position féministe loin de la neutralité comme quoi c'est le nombre de femmes qui détermine l'égalité, une valorisation des mesures contraignant à la mixité,  trop d'hommes, norme masculine, le patriarcat,... .

Les mesures égalitaires c'est aussi cela quelques exemples la société Lego qui devrait proposer prochainement une série de cinq figurines représentant des femmes qui ont travaillait à la NASA pour les filles pas d'équivalent masculin en Suède qui est souvent citée en exemple "Une maison de jouet suédoise a décidé de changer de genre pour son nouveau catalogue. Les garçons y sont présentés comme jouant à la poupée sans une fille pour partager ce jeu, et les filles y tiennent des armes factices et sont habillées de T-Shirt bleus. En réalité les jouets ne sont pas plus neutres qu’avant: on a simplement inversé les représentations habituelles et créé un nouveau cliché. On décide de former une nouvlle tendance. On impose cela aux garçons. Ils doivent s’occuper des poupées, faire pipi assis, materner, et les filles vont au travail ou à la guerre. Ce n’est pas neutre. Il n'y a pas de véritable neutralité entre les sexes. La neutralité est un concept intellectuel, une attitude, pas une disposition corporelle. Il faut accepter et respecter la différence. C'est plus exigeant que de tout gommer."
 

garçons,filles,jouets,genre,neutralité,

 

 

 

 

 

 

 

Dans le milieu éducatif avec l'absence de plan pour aider les garçons officiellement ça n'existe pas, ils sont identiques aux filles mais ce sont les mêmes qui demandent des actions spécifiques pour les filles et moins de soutien (moins de livres scolaires pour aider les garçons, quota sexué dans les écoles,...) d'ailleurs au niveau scolaire on est très surpris des fiches ou autres programmes égalité fille-garçon voici cinq extraits d'une résolution au niveau Européen :

- considérant que, si les femmes disposent plus souvent d'une formation secondaire ou universitaire, leur activité professionnelle se concentre néanmoins autour de tâches qui ont pour objet la reproduction et la continuation des structures sociales et économiques traditionnelles, et qu'il importe d'augmenter le taux de femmes dans l'enseignement technique, ainsi que dans les domaines des mathématiques, des sciences, de l'ingénierie et de la technologie

- souligne la nécessité de promouvoir une représentation égale entre hommes et femmes en termes de leadership, en particulier parmi les cadres et les directeurs d'école;

- réclame la promotion d'une approche holistique de l'éducation formelle et informelle dans les écoles, une approche sensible à l'inclusion des droits de l'homme, de la dignité humaine, de l'égalité des genres et du développement de l'estime de soi, en encourageant les filles et les femmes à prendre des décisions en toute connaissance de cause, tant au niveau personnel que professionnel;

- invite les filles et les garçons à expérimenter de nouveaux rôles, activités et domaines de formation, et encourage la participation égale des filles et des garçons dans la prise de décisions collectives et dans la gestion scolaire, ainsi que dans toutes les activités parascolaires

- réclame le développement de l'égalité d'accès et d'utilisation des technologies de l'information et de la communication pour les filles et les garçons dès l'éducation préscolaire, en accordant une attention particulière aux enfants et aux jeunes des zones rurales, afin d'améliorer les capacités numériques, et à la diffusion de méthodes efficaces pour augmenter et renforcer la présence des femmes dans les domaines des mathématiques, des sciences, de l'ingénierie et des technologies;

 

Dans le domaine professionel il y a également des distinctions de genre la parité et toute forme de quota sexué deviennent un standard d'égalité c'est la mixité renforcée à coup de pourcentage et d'argument tel que celui-ci "représente la moitié de la population" sans compter la mise en place d'action dédié spécifiquement aux femmes (salon, aide financière, formation... )

Voici quelques liens :

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article333

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article331

Education

Economie / Entreprises

Jouet et stéréotype

La discrimination contre les hommes

Exit les baby machos !

Le numérique

Maintenant sur le domaine éducatif, législatif, domestique et professionnel il existe de nombreuses choses à revoir à prendre compte mais ce n'est pas le 8 mars 2017 que ça va changer. Il faudrait déjà prendre en compte les hommes et les garçons en tant qu'individu à part entière et ne pas appliquer ce qu'on condamne avec des tableaux de représentation et des plans égalités qui sont loin de l'être mais ils ont le mot "égalité" dans les phrases et document  mais ce n'est pas le mot qui correspond le mieux à l'argumentaire  à moins que l'égalité ce soit quand c'est féminin.